What does your choice of toothpaste say about you

[FR] Désolé, cet article est disponible uniquement en anglais.

[ES] Lo siento, este artículo sólo está disponible en inglés.

[EN] Sorry, this article is only available in English.

Freud in the bathroom[EN] Total multi-action, 8-in-1: You’re the kind of person who always buys the « all inclusive » kind of insurance. If you have kids, they go to a private school. You like to make lists, and then lists about lists. All your life is planned ahead, you just need to follow the plan. Your ambition has no limits.

Generic brand from your local supermarket: you share a flat with four other friends (and a dog), your diet consists basically of boiled pasta and you use the public transport. You always say that you’re OK with your life, but you strive for a higher state of stability in your economy and your relationships.

Instant White: you have nothing against the new immigrants in your neighbourhood, but you think they could go somewhere else. You clean your toilets with the strongest bleach, always twice. You have a strong fear for aging and death and you wish you could stay young forever.

Pharmacy-bought toothpaste: you seek the reliable efficacy of what you’ve always known. You’ve been carrying the same leather wallet for the last forty years, you always choose exactly the same dish at each one of your favourite restaurants and you wear a classic wrist watch. Modern technology is nonsense.

Anything with animal or kid faces on the package: You have kids. Sometimes, when your regular toothpaste runs out, you use their strawberry-flavoured fluffy-marshmallow cream, which you think is not too bad. In general, you believe the world should be more tolerant towards working parents.

Anything with crystals or sparkles: during daytime, you’re that shy, modest coworker, but you have a wild side under the surface. You recently bought a pair of shiny blue sneakers because it’s your fetish colour. You started yoga classes, but you found it was just not for you (too boring).

Herbal freshness: As a kid, you had many pets and you loved running around in the forest. You secretly dream of leaving the city once and for all and setting your own farm one day, but that day never arrives. In the meantime, you please your senses with the aroma of your fresh breath, buying one green product at a time.

Clay: You consider yourself a simple person and you like to keep things simple. You’ve always wondered why we don’t live in caves anymore, why do we have to wear clothes when its not cold and why we cook our food. You dye your hair with henna and wish for a long-lost time you’ve never lived.

Publicités

Le futur du sport

profundidad

[FR] L’après midi, Paulo décide de passer un peu de temps à la piscine municipale, qui fait dix mètres de profondeur. Avant de plonger dans son intérieur, les nageurs inhalent une solution qui leur permettent de rester sous l’eau sans respirer une vingtaine de minutes, ou beaucoup moins s’ils réalisent une activité physique intense. Sur leur peau, une puce électronique contrôle le niveau d’oxygène dans leur sang en permanence, prêt à lancer l’alarme aux premiers signes d’asphyxie. Des caméras subaquatiques surveillent aussi l’ensemble en permanence, et des bras robotiques peuvent pêcher les nageurs à n’importe quel moment.

En regardant les files d’enfants qui sautent un a un dans l’eau comme des canards, suivant leur maitresse, Paulo ne peut pas s’empêcher de rappeler la première fois qu’il a expérimenté l’apnée augmentée. Malgré tous les mots rassurants qu’il avait reçu, instinctivement il a cru qu’il allait mourir, quelques secondes avant de réaliser qu’il n’avait pas besoin de respirer. Plus bas, au fond de la piscine, les sportifs professionnels semblent bouger au ralenti, tandis qu’ils se passent une balle aérodynamique qu’ils tentent d’amener vers le but de l’autre équipe. Dès le plus jeune âge, le sport en profondeur, défini désormais par la médecine comme le meilleur pour les performances du cœur et des poumons, est vivement encouragé. Les grandes entreprises disposent même des horaires réservés pour que ses employeurs puissent aller à la piscine. Peu de gens osent utiliser ce temps pour d’autres activités. Un spot de lumière rouge se dessine sur Paulo, indiquant que c’est l’heure pour lui de sortir de la piscine.

Sous la surface de l’eau, les lois physiques semblent dessiner un monde différent, comme un miroir du domaine de l’air au dessous. Mais de qu’on regarde attentivement cet environnement hyper-maitrisé, on remarque qu’ici, comme ailleurs, les règles sociales restent les mêmes.

[ES] Por la tarde, Paulo decide pasar un poco de tiempo en la piscina municipal, que tiene diez metros de profundidad. Antes de bucear en su interior, los nadadores inhalan una solución que les permite permanecer bajo el agua sin respirar una veintena de minutos, o mucho menos si realizan una actividad física intensa. Sobre su piel, un circuito integrado controla el nivel de oxígeno de su sangre en permanencia, listo para lanzar la señal de alarma a los primeros signos de asfixia. Unas cámaras subacuáticas vigilan también el entorno en permanencia, y unos brazos robóticos pueden pescar a los nadadores a cualquier momento.

Mirando las filas de niños que saltan uno a uno al agua como patos, siguiendo a su maestra, Paulo no puede evitar acordarse de la primera vez que experimentó la apnea aumentada. A pesar de todas las palabras tranquilizadoras que había recibido, instintivamente pensó que iba a morir, algunos segundos antes de darse cuenta de que no necesitaba respirar. Más abajo, en el fondo de la piscina, los deportistas profesionales parecen moverse a cámara lenta, mientras se pasan una pelota aerodinámica que intentan llevar hacia la portería del equipo contrario. Desde muy tempranas edades, el deporte en profundidad, definido en lo sucesivo por la medicina como el mejor para el rendimiento del corazón y de los pulmones, es vivamente recomendado. Las grandes empresas disponen incluso de horarios reservados para que sus empleados puedan ir a la piscina. Poca gente se atreve a utilizar este tiempo para otras actividades. Un foco de luz roja se perfila sobre Paulo, indicando que ya es hora de que salga de la piscina.

Bajo la superficie del agua, las leyes de la física parecen dibujar un mundo diferente, como un espejo del reino del aire superior. Pero cuando se mira atentivamente este entorno hiper-controlado, se puede ver que aquí, como en todas partes, las reglas sociales siguen siendo las mismas.

[EN] In the afternoon, Paulo decides to spend some time in the municipal pool, that is ten meters deep. Before diving into it, swimmers inhale a solution which allows them to keep underwater for twenty minutes without breathing, or much less if they perform an intense physical activity. Over their skin, an integrated circuit constantly controls the oxygen levels of their blood, ready raise the alarm at the first signs of asphyxia. Underwater cameras also monitor the environment at all times, and robotic arms are ready to fish out swimmers at any moment.

Looking at the rows of children jumping one by one in the water like ducks, Paulo can’t help remembering the first time he experienced augmented apnea. Even after all the reassuring words he had heard, he instinctively thought he was going to die, seconds before realizing he didn’t need to breathe. Deep below, at the pool’s bottom, professional sportsmen seem to move in slow motion, as they pass a ball one another trying to reach the opposing team’s goal. From a very young age, sport in the deep, described nowadays by medicine as the best for heart and lungs performance, is strongly encouraged. Big corporations even reserve some periods for their workers to go to the pool. Not many people dare to use this time for other activities. A red light spot draws over Paulo, signaling it’s time for him to come out of the pool.

Under the water’s surface, physic laws seem to define a different world, as a mirror of the upper air realm. But this closely controlled environment is carefully examined , it can be seen that here, as everywhere, social norms keep always the same.

Avant / Anteriormente / Previously: Le futur de la jeunesse.

Processus d’innovation dans le design et dynamiques sociales

[FR] L’innovation ne peut pas être créée à partir du néant, comme on planterait un pied d’arbre sur un sol stérile. Pour qu’elle se développe, elle doit être nourrie par un tissu social, une histoire culturelle et des dynamiques de changement (nouvelles tendances, nouvelles découvertes , nouveaux modèles d’organisation). Elle peut aussi être affectée et stimulée par d’autres facteurs, sans toutefois dépendre uniquement d’eux : l’état, l’académie, les mécènes (banques, entreprises, individuels) et la situation sociale et économique (prix des loyers, processus d’ouverture sociale, mouvements migratoires, etc.).

836piedarbre

L’état peut favoriser l’innovation à travers l’éducation et des conditions de travail et de logement avantageuses. Mais s’il essaie d’importer l’innovation dans une aire ou un pays uniquement par des moyens économiques, comme des réductions fiscales pour les entreprises multinationales, celle-ci ne sera pas stable ou positive pour la population. Une fois les corporations seraient parties, les bénéfices partiraient eux aussi.

Parfois, l’innovation peut résulter de changements sociaux rapides et violents, voire catastrophiques. Par exemple, avec la montée en pouvoir d’Adolf Hitler en 1933, des nombreux enseignants de l’école Bauhaus ont du partir en Amérique et dans d’autres parties du monde, ce qui a fait évoluer l’enseignement de l’architecture dans leurs pays d’accueil. Pendant la guerre civile espagnole (1936 – 1939), beaucoup d’intellectuels républicains se sont exilés en Amérique du Sud, ce qui a collaboré à développer les métiers de l’imprimerie dans des pays comme le Mexique. Ces changements dans la pensée ont été possibles grâce à des sociétés réceptives aux idées des réfugiés qu’elles ont accueilli.

Certaines nations ont tendance à voir le design comme une formule magique pour générer des bénefices, spécialement les pays émergents jusqu’alors relégués aux rôles de producteurs et de transformateurs des matières premières. Le cas le plus notable c’est la Chine, ou les pouvoirs publiques tentent de changer les connotations négatives du label « made in China » en développant une source locale de designers. Mais si le design et la création de marques fortes peuvent avoir un effet positif sur l’économie locale, le design par lui même ne peut pas résoudre tous les problèmes de la société, spécialement quand il est imposé et se fait sans la participation des citoyens.

C’est du même pour les entreprises, qui ne peuvent plus se contenter de diffuser leurs produits sur le marché sans se soucier de leur image, indépendamment de la qualité de leurs produits. Les consommateurs sont de plus en plus exigeants et achètent des valeurs et non plus des produits. Ils conçoivent le design comme une expérience, et les marques les répondent en faisant appel à leurs émotions et en basant leur communication sur ces axes. On vend du bonheur, de la beauté et de l’élégance au lieu de vendre des boissons gazeuses, des cosmétiques et des vêtements.

Dans le champs du design, on assiste à deux processus simultanés mais opposés : l’intronisation des designers « star » et une lente et progressive valorisation des équipes de design. Cette émergence de « marques-personne » n’est pas exclusive du domaine du design, elle affecte à tous les domaines de la culture, de l’architecture à la philosophie en passant par la cuisine. En même temps, les studios de création des entreprises sont aujourd’hui l’un des plus grands moteurs de la création, même s’il n’y a pas un seul nom auquel associer les inventions

Aujourd’hui on assiste aussi à une collectivisation des moyens de production. Un nouveau modèle économique de financement du design est ainsi apparu avec des plateformes comme Kickstarter, qui permettent à des individuels de choisir les projets qu’ils aimeraient voir réalisés pour arriver à leur production grâce à leurs dons. Dans cette économie collaborative, ce sont les projets qui arrivent le mieux à connecter avec le public et faire parler d’eux qui sont les plus financés. Pour réussir, les designers s’appuient sur les leviers collectifs qui ont plus de chance de mobiliser l’attention de leur cible, comme des appareils aux fonctionnalités compatibles avec l’iPhone, des produits à l’aspect « vintage » ou des récupérations d’icônes de la culture populaire (et pop) qui ont déjà prouvé leur effectivité dans le passé. Avoir une stratégie de communication maîtrisée est essentiel pour obtenir des financements.

En contrepartie, cette vulgarisation du financement de la recherche peut aussi provoquer des effets pervers dans la gestion des fonds. Des recherches profondes et importantes pour l’avancement de la société peinent à se faire financer si leurs sujets ne sont pas suffisamment attirants, tandis que d’autres projets qui favorisent la consommation et des résultats immédiats sont financés de forme disproportionnée. De cette manière, les résultats positifs des études sont considérés comme les seuls importants, et les résultats négatifs sont dénigrés. Cependant, dans la recherche, il faut les deux pour écarter les fausses pistes et les inventions nuisibles.

Aujourd’hui existent des centres d’innovation en dehors des entreprises, de l’état et de l’académie. C’est le cas (dans le domaine du design) des Fablabs (laboratoires de création conçus au Michigan Institute of Technology) et des Open Spaces (locaux où travaillent des concepteurs divers) qui surgissent partout dans le monde, d’après des modèles de fonctionnement collaboratifs. Ces espaces ouverts à des créateurs individuels et aux petits collectifs (moyennant ou pas une rémunération économique) pour réaliser des prototypes sont potentiellement des sources d’innovation et de développement économique. Pour cette raison, certains états (comme récemment la Suède avec le projet Stpln) ont déjà trouvé intérêt à financer et à démarrer des laboratoires ouverts au public, avec tous les outils nécessaires pour la fabrication d’objets et le design graphique. L’énergie collective qui se dégage de ces endroits permet des échanges d’idées entre les créateurs qui seraient plus difficiles sur l’internet, sans un espace physique partagé.

Sur le web, même si on habite dans une illusion de participation créative, ce sont finalement les entreprises qui restent le plus souvent propriétaires de nos données, et libres de faire avec nos informations personnelles ce qu’elles veulent. Il est même assez fréquent qu’elles changent leurs politiques de protection de la vie privée sans demander à leurs usagers. Facebook, le réseau social le plus large d’internet, est la propriétaire légale de tout le contenu publié sur son site, et elle modifie ses conditions d’utilisation tous les quelques mois. Récemment, l’application de partage de photographies Instagram a décidé de se réserver le droit de vendre les photos de ses usagers, ce qui a provoqué l’abandon du service par certains d’entre eux.

Les médias actuels (l’internet, mais aussi la télévision) se caractérisent par une surabondance de contenus et, en conséquence, par un brouillage des informations par la part des récepteurs de ces contenus. La seule manière d’être repérable durablement c’est de créer des icônes suffisamment forts pour que le publique puisse les reconnaître à l’instant. La génération d’idoles favorise aussi les stratégies de « soft power » et les états ont tout l’intérêt à produire des vedettes dans leur pays (comme le chanteur Psy et la Corée du Sud), voir des politiciens-idoles comme Barack Obama. Cependant, même si certains de ces icônes arrivent à devenir célèbres du jour au lendemain, parce qu’ils connectent avec une certaine sensibilité plus ou moins consciente du public, leur image s’efface rapidement de la mémoire collective. La stratégie gagnante semble se concentrer autour d’un personnage qui se renouvelle sans cesse, capable de véhiculer des valeurs universels et faire appel à des cibles très diverses.

Au Japon, les créateurs de la vedette virtuelle Hatsune Miku ont réussi a tirer avantage des particularités de la culture collaborative du net, générée par des fans, pour vendre toute une série de technologies de composition musicale et création de choréographies. Cet idole présente une personnalité « participative », car ce sont les fans qui ont écrit sa biographie et qui définissent son image et même ses chansons, dans une sorte de récit collectif. Crypton, l’entreprise qui a conçu Hatsune Miku, s’occupe de sélectionner les idées des fans et de les mettre en forme sur les apparitions de la chanteuse en forme de projection lors de concerts programmés.

En conclusion, les marques devraient permettre à leurs consommateurs de s’emparer de leur identité, et promouvoir le contenu créé par eux en portant le nom de la marque (tout en exerçant un certain contrôle sur les contenus publiés pour éviter les retombées négatives). Pour leur part, les usagers des réseaux sociaux et des services de publication de contenus en ligne devraient faire très attention sur où et comment ils diffusent leurs créations, pour éviter la récupération de leur propriétés intellectuelles (quand cela ne convient pas à leur intérêt).

Quand à l’innovation, elle ne peut pas être gérée de la même manière qu’on traite les administrations publiques, et elle ne peut pas provenir uniquement des entreprises pour qu’elle soit durable. En fait, une des meilleures voies pour stimuler la création au niveau des citoyens, au lieu d’expériences hautement cadrées et dirigées, c’est de créer des espaces libres qu’ils puissent investir et s’approprier. Si l’on prépare les conditions favorables à l’innovation, elle se produira de manière spontanée, mais pour arriver à ce stade il faut un état d’esprit particulier et une relâche du contrôle que certaines institutions ne sont pas prêtes à assumer.

// Traducción al español despues del salto de página. //

// English translation after the jump. //

Lire la suite