Biopouvoir Archive

Entradilla Biopouvoir

[FR] Entre septembre 2011 et février 2012, j’ai tenu un blog appelé Biopouvoir dont le but était de me faire avancer dans la recherche d’articles sur la biologie DIY (et d’autres sujets associés). Comme j’ai décidé de fermer le blog, il m’a semblé utile récupérer ses entrées dans cet archive. Le texte disponible uniquement en français.

Biopouvoir est un blog sur des thématiques proches du mouvement DIYBio. Il parle de ce qui existe et ce qui pourrait exister, ouvrant des nouvelles voies si n’est-ce que d’un point de vue totalement spéculative.

[ES] Entre septiembre de 2011 y enero de 2012 llevé un blog llamado Biopouvoir cuyo objetivo era lanzarme en la escritura de artículos sobre la biología DIY (y otros temas asociados). Como he decidido cerrar el blog, me ha parecido útil recuperar sus entradas en este archivo. El texto está disponible únicamente en francés.

Biopouvoir (biopoder) es un blog sobre temas afines al movimiento DIYBio. Habla de lo que existe y de lo que podría existir, abriendo nuevas vías aunque sea de un punto de vista totalmente especulativo.

[ENG] Between september 2011 and january 2012 I wrote a blog called Biopouvoir of which the objective was to push myself into writing articles about DIY biology (and other related issues). As I’ve decided to close the blog, I thought it would be useful to create this archive of its blog posts. The text is available only in French.

Biopouvoir (biopower) is a blog about topics related to DIYBio. It speaks about what exists and what could exist; opening new ways even if only in a speculative manner.

Lire la suite

Publicités

Biomodetech : vers une mode vivante et fusionnelle

Logo Biomodetech

[FR] Biomodetech : vers une mode vivante et fusionnelle. Aux débuts du XXIè siècle, les produits de consommation en général et de la mode en particulier cherchent à être les plus proches possible des clients que les achètent, voir à être adaptés à chaque type de personne. Le vêtement est vu comme une extension de la personnalité du client, et ainsi on fuit les produits fabriqués en masse et on cherche l’individualisation. Suivant cette tendance, cet article prévoit un futur pas très lointain où consommateurs/trices et vêtements établissent une relation biologique, et se fusionnent pour devenir des êtres hybrides et inséparables. Et ce grâce aux avancées des nanotechnologies et des biotechnologies.

On imagine donc quatre types de vêtement, selon l’intensité du rapport entre l’habit et la personne que le porte :

1 – Vêtements mimétiques : Ils cherchent à identifier porteur et vêtement par moyen de ses caractéristiques physiques. Ils sont produits par des animaux dont le génome a été agrémenté avec de l’ADN de la personne qui porte le vêtement. De cette manière, une plus grande affinité s’établit entre le consommateur et le vêtement, parce que ce dernier exprime certaines des caractéristiques qui sont propres au premier : pigmentation de la peau, odeur corporelle, pilosité, toucher, etc.

Moda mimética, de la vaca al cuero

2 – Vêtements symbiotiques : vêtements vivants, qui se posent sur la peau et qui contiennent d’autres organismes. Ses membranes d’origine végétale hébergent, à l’intérieur d’une sorte d’alvéoles, des algues et des lichens sélectionnés qui se nourrissent d’écailles de peau morte et de gouttelettes de sueur, sans jamais coloniser la peau du porteur / porteuse. Il s’agit d’un système de croissance lente, baisse maintenance, et qui demande seulement à être aspergé de temps en temps avec une solution de nutriments quand il n’a pas été porté depuis longtemps. En échange des nutriments, ce vêtement produit des motifs originaux et évolutifs, régule sa température, produit son propre oxygène et s’auto-nettoie.

Las algas viven en el interior

3 – Vêtements parasitaires : ils demandent beaucoup d’énergie, qu’ils obtiennent du sang des personnes qui les portent grâce à des ventouses qui s’accrochent sur la peau. Ce sont de descendants de poissons tels que les lamproies, qui ont été modifiés pour prendre une forme laminaire et survivre en dehors de l’eau. Cependant, ils doivent être humectés en permanence par des aspersoirs cachés dans les plis du vêtement, et son usage doit se limiter à quelques heures par jour. En plus de son toucher chaud et inédit, ils produisent de la bioluminescence et nettoient le sang des gens qui les portent.

Rojo sangre y boquita de pitiminí

4 – Vêtements fusionnels : ils sont l’aboutissement totale de la mode symbiotique, lorsque porteur/porteuse et vêtement ne font plus qu’un. Dans ce quatrième scénario, imaginons Sandra, une jeune femme qui a commandé son vêtement fusionnel il y a quelques semaines. D’abord, elle a déposé chez le producteur des cellules vivantes de sa peau, qui seront utilisées pour faire des cultures cellulaires et, grâce aux techniques mises au point à partir de cellules souche, pour générer d’autres types de tissu vivant. En utilisant des routes génétiques désignées par ordinateur, des modifications génétiques et à l’aide des nanotechnologies on crée des nouvelles structures cellulaires qui n’appartiennent plus à la l’évolution naturelle.

Ropa que crece dentro de un tanque, nanoimpresión en tres dimensiones, cultivo celular

Quand Sandra va recevoir sa nouvelle pièce, elle pourra la fixer sur sa peau avec une colle cellulaire produite à partir se son propre génome. Au bout de quelques heures, le vêtement va se fondre littéralement avec elle. Il agirait comme une sorte de greffe, mais sans les risques de rejet propres aux greffes traditionnelles. Elle serait devenu un être hybride et nouveau grâce à son vêtement. Ils existeraient des différentes variétés de vêtement, inspirés par des peaux d’animaux et par l’histoire de la mode, aux fonctions diverses : protection mécanique, résistance aux températures extrêmes ou envies simplement décoratives. Mais il faut bien choisir : une fois le vêtement se fusionne avec son utilisateur, il faut de la chirurgie intensive pour le lui enlever.

Vestido de gala eterna, pegamento celular

Traducción al español y al inglés tras el salto.

Spanish and English translation after the jump.

Lire la suite

gm-qrcode-fish

Esquema

[FR] L’idée c’est de modifier génétiquement les patrons de pigmentation des écailles de la peau de différentes espèces de poissons d’intérét commercial, pour qu’elles génèrent des images en forme de codes qr. Les acheteurs n’ont qu’à déchiffrer le code qr à l’aide de leurs téléphones portables pour accéder à de l’information sur l’espèce. Attention, à partir de la deuxième génération de poissons modifiés les mutations peuvent rendre le code inutilisable, et ainsi la production de ce type de poissons par clonage est réccomandée.

[ES] La idea es la de modificar genéticamente los patrones de pigmentación de las escamas de la piel de varias especies de peces de interés comercial para que formen imágenes en forma de códigos qr. Los compradores de los peces sólo tienen entonces que descifrar el código qr con la ayuda de un teléfono móvil para acceder a información sobre la especie. Atención, a partir de la segunda generación de peces modificados las mutaciones pueden volver el código inservible, por lo que se recomienda producir este tipo de peces por clonacion.

[ENG] The idea is to genetically modify the pigmentation patterns of the scales of the skin of several fish species of commercial interest to produce an image in the form of a qr code. Customers can then scan the code to acces information about the species. Warning, from the second generation of modified fish, mutations can rend the code useless, so producing of this kind of fish by cloning is recommended.

Digital fish skinOriginal Photo CC Practical Owl, modified by Ariel Martín Pérez.