The Fall of Phun


Cuatro capturas del poster animado y generativo

Affiche en mouvement réalisé avec le logiciel Phun lors de l’atelier de Pierre Vanni à l’ECV (14/02/2011 – 18/02/2011).

Cartel en movimiento realizado con el programa Phun a la ocasión del taller de Pierre Vanni en la ECV (14/02/2011 – 18/02/2011).

Moving poster done whith the Phun program during Pierre Vanni‘s workshop at the ECV (14/02/2011 – 18/02/2011).

ACTUALIZACIÓN / MISE À JOUR / UPDATE

Imagen proyectada del cartel durante el mismo taller.

Image projetée de l’affiche pendant le même atelier.

Projected picture of the poster during the same workshop.

Calendrier Modulaire

La estructura básica

Proyecto de alfabeto y de calendario basado en un sistema modular inspirado por los relojes digitales.

Projet d’alphabet et de calendrier bassé sur un système modulaire inspiré par les horloges numériques.

Project of alphabet and calendar based on a modular system inspired by digital watches.

Lire la suite

Bastille : Final

Atardecer, rue du Faubourg Saint Antoine

[FR] Après un mois et démi, je conclus mon exploration graphique de l’espace urbain autour du quartier de Bastille. Pour ce faire, j’ai produit une affiche qui résume l’expérience. Une fois de plus, j’ai recueilli des éléments divers des recherches graphiques et je les ai imprimé sur des passages successifs, de manière que l’image finale est générée par la superposition des différentes couches de couleur. Ce processus que je me suis imposé est semblable a ce d’une photographie analogique : je ne connais pas le résultat final jusqu’à que l’image est imprimée, laissant les erreurs et les combinaisons involontaires s’introduire dans lui. Mon objectif pour des projets futurs : créer des compositions plus grandes, simples et impactantes et expérimenter avec les techniques et les processus d’erreur beaucoup plus si possible.

[ES] Después de un mes y medio, concluyo mi exploración gráfica del espacio urbano alrededor del barrio de Bastilla. Para ello he producido un cartel que resume el experimento. Una vez más, recogí elementos diversos de las investigaciones gráficas y los imprimí en pasadas sucesivas, de manera que la imagen final está generada por la superposición de las distintas capas de color. Este proceso que me he impuesto es similar al de una fotografía analógica: no conozco el resultado final hasta que la imagen está impresa, dejando que los errores y las combinaciones involuntarias se introduzcan en él. Determinados elementos pueden ser acentuados a posteriori volviendo a imprimir la capa correspondiente sobre el papel impreso. Mi objetivo para proyectos futuros: crear composiciones más grandes, simples e impactantes y experimentar con las técnicas y los procesos de error aún más si cabe.

[ENG] After a month and a half, I conclude my graphic exploration of the urban espace around the Bastille neighbourhood. For doing that, I’ve produced a poster that sums up the experiment. Once more, I have collected diverse elements from graphic researchs and I printed them on consecutive layers, so the final picture is generated by the overlaying of the different colour layers. This process that I’ve impossed myself is similar to that of a photograph: I don’t know the final result until the picture is printed, letting errors and involuntary combinations enter in it. My goal for future projects: to create bigger, more impressive compositions and to experiment with technics and error processes even more if possible.

Pequeños estallidos de color

Lire la suite

La Semaine du Son

Paisajes sonoros en el bosque

Proyecto de creación de tres carteles y un logotipo para la Semaine du Son (Semana del Sonido), que se celebra en varios países francófonos. Para este proyecto de mi escuela, trabajé con elementos gráficos semejantes a ondas sonoras, con colores primarios y efectos de desenfoque.

Projet de création de trois affiches et un logotype pour la Semaine du Son, qui est célébrée dans plusieurs pays francophones. Pour ce projet de mon école j’ai travaillé avec des éléments graphiques similaires à des ondes sonores, avec des couleurs primaires et avec des effets de flou.

Project of creation of three posters and a logotype for the Semaine du Son (Week of Sound), which is celebrated in several French-speaking countries. For this school project I’ve worked with graphic elements that look like sound waves, with primary colours and with blur effects.

Primera proposición de logotipo. A partir de un cuchillo roto.

Proposición de logotipo a partir de la forma de una lámina rota de cuchillo, haciendo referencia a las ondas de sonido.

Proposition de logotype à partir de la forme d’une lame de couteau cassée, faisant référence aux ondes de son.

Logotype proposition based on the shape of a broken knife blade, referencing sound waves.Segunda proposición de logotipo. A partir de un papel rasgado.

Proposición de logotipo a partir de la forma de una hoja de papel rasgada, haciendo referencia a las ondas de sonido.

Proposition de logotype à partir de la forme d’une feuille de papier déchirée, faisant référence aux ondes de son.

Logotype proposition based on the shape of a teared paper sheet, referencing sound waves.

Cartel rojo, como las agallas de un pez de profundidad.

Cartel para una conferencia sobre sonidos inaudibles o en vías de desaparición.

Affiche pour une conférence sur des sons inaudibles ou en voies de disparition.

Poster for a conference on unheard or dissapearing sounds.

Cartel azul, como una ciudad invadida por el ruido.

Cartel de una conferencia sobre la percepción y la contaminación sonora en las ciudades.

Affiche d’une conférence sur la perception et la pollution sonore dans les villes.

Poster for a conference on sound perception and pollution in the city.

Cartel amarillo, como un sonido distorsionado hasta el infinito.

Cartel para una conferencia sobre la distorsión del sonido grabado debido a la compresión digital.

Affiche pour une conférence sur la distorsion des sons enregistrés due à la compression numérique.

Poster for a conference on recorded sound distortion because of digital compression.

Pez número 12

El pez pegatinero
Pez, el legendario fanzine de Mon Magan, vuelve a la carga con un nuevo número dedicado a las pegatinas y a la lomografía. A pesar de que me gusta el efecto producido por las lomografías (sobre todo cuando están pegadas juntas en un mosaico), no sé si éste procedimiento sobrevivirá al paso del tiempo o se quedará como una simple moda de principios de siglo (con lo cual este número serviría para capturar el momento). En cuanto a las pegatinas, en este número hice un pequeño trabajo de investigación, además de aportar algunas imágenes. Puedes descargarlo desde su página web.

Pez, le légendaire fanzine de Mon Magan, retourne avec un nouveau numéro dédié aux auto-collants et à la lomographie. Malgré le fait que j’aime l’effet produit par les lomographies (surtout quand elles sont placées côte à côte dans un mosaïque), je ne sais pas si ce phénomène va survivre le parcours du temps ou s’il restera comme une simple mode de début de siècle (et ce numéro servirait donc à laisser constance de ce moment). En ce qui respecte les auto-collants, dans ce numéro j’ai fait un petit travail de recherche, en plus d’apporter quelques images. Vous pouvez le télécharger depuis son site web.

Pez, the legendary fanzine of Mon Magan, comes back with a new issue dedicated to stickers and lomography. Even if I like the effect created by lomographies (specially when they’re placed side by side in a mosaic), I don’t know if this phenomenon will survive the passing of time or if it will rest as a beginning of the century trend (and so this issue would act as a reminder of this time). As for stickers, in this issue I’ve done a short research work, and I’ve submitted some images. You can download it from its website.

Bastille : Visage

En la Rue de Charonne
El barrio de Bastilla está poblado de ojos de piedra y de metal que nos observan sin cesar desde lo alto de los edificios, por encima de las puertas, desde los nichos de los santos a las fuentes antiguas. Estos rostros, pertenecientes a diferentes épocas y estilos, tienen una función principalmente decorativa, aunque en el caso de los santos seguramente también se les infería una capacidad protectora sobre el edificio al cual daban nombre, como por ejemplo, la Cour St Nicolas en la Rue du Faubourg Saint Antoine.

Le quartier de Bastille est peuplé de visages de pierre et de métal qui nous observent sans cesse depuis le haut des bâtiments, par dessus des portes, depuis les niches des saints aux fontaines anciennes. Ces visages, appartenant à diverses styles et époques, ont une fonction principalement décorative, mais dans le cas des saints on les attribuait aussi surement une capacité protectrice sur les bâtiments auquel ils donnaient leur nom, comme par exemple, la Cour St Nicolas dans la Rue du Faubourg Saint Antoine.

The Bastille neighbourhood is populated by stone and metal eyes that endlessly stare at us from the top of buidings, above doors, from the saints to the old fountains. These faces, that belong to diverse styles and periods, have a mostly decorative function, albeit in the case of saints they were also surely inferred with a protective capacity towards the building they give they name to, as it’s the case of la Cour St Nicolas of the Rue du Faubourg St Antoine.

Superposiciones y colores

Para realizar esta imagen, corté y coloqué en una posición aproximativa varias partes extraídas de fotografías de rostros de estatuas humanas o animales. Al no conocer el resultado de antemano, la imagen final me fue revelada al imprimir los diferentes elementos unos sobre los otros. Aunque el efecto generado no sea especialmente estético, tiene el interés de introducir un componente de azar en el proceso producción.

Pour réaliser cette image, j’ai coupé et placé dans des positions approximatives des pieces diverses extraites de photographies de statues humaines ou animales. Comme je ne connaissais pas le résultat d’avance, l’image finale me fuit dévoilée quand j’ai imprimé les différents éléments les uns sur les autres. Malgré le fait que l’effet généré n’est pas spécialement esthétique, il a l’intérêt d’introduire une composante de hasard dans le processus de production.

To make this image, I cut up and placed in an aproximative position several pieces extracted from photographs of human and animal stautes. As I didn’t know the result in advance, the final image was revealed to me after I printed the different elements in superposition. Even if the generated effect is not very aesthetic, it’s interesting in its capacity to introduce randomness in the production process.

Bastille : Aérateurs

Comercio en la rue Trousseau

Entre los elementos urbanos anacrónicos que perviven en el barrio de Bastilla encontramos unos antigüos cierres metálicos que tienen unos orificios de ventilación de formas particulares. Éstos sirven para mantener los locales aireados incluso cuando las baldas de metal están cerradas, permitiendo el trabajo en el interior. Este tipo de cierre es habitual en los talleres de artesanía, que poco a poco van cerrando sus puertas y son sustituidos por tiendas de muebles modernos. Desgraciadamente para ellos, su trabajo no parece ser competitivo en esta época industrial cuando, salvo contadas excepciones, los consumidores prefieren comprar muebles nuevos antes que reparar los antiguos.

Parmi les éléments urbains anachroniques qui subsistent dans le quartier de Bastille on trouve des anciens rideaux de fer métalliques qui ont des orifices d’aération avec des formes très singulières. Ceux ci servent à maintenir les locaux aérés même quand le rideau est descendu, permettant le travail à l’intérieur. Ce type de clôture est habituelle dans les ateliers d’artisans, que petit à petit ferment leurs portes et font substitués par des magasins de mobilier moderne. Malheureusement pour eux, leur travail ne parait pas très compétitif dans cette époque industrielle où, exceptions à part, les consommateurs préfèrent acheter des meubles neufs plutôt que de réparer les anciens.

Among the anachronic elements that survive in the Bastille neighbourhood we find old metal shop gates that have ventilation holes with singular shapes. These have the function of keeping the shops ventilated even when the metal blades are down, allowing work inside the shop. This kind of gate is usual in handcraft workshops, that little by little close their doors and make place for modern furniture stores. Unfortunately for them, their work is no longer competitive in this industrial era when, with a few exceptions, consumers prefer to buy new furniture instead of repairing the old one.

Colección de once ventiladores sobre rejilla virtual

Para este proyecto de investigación gráfica recogí en fotografías todas las formas diferentes de ventilador que pude encontrar en la zona, y luego dispuse el conjunto en una especie de cierre metálico reconstituido, mostrando la variedad de figuras que existen. Para dar una mayor densidad al color, imprimí la misma página dos veces.

Pour ce projet de recherche graphique j’ai pris en photo toutes les formes différentes d’aérateur que j’ai pu trouver dans la zone, et ensuite j’ai disposé l’ensemble sur une sorte de rideau de fer reconstitué, montrant la variété de formes existantes. Pour donner une meilleure densité à la couleur, j’ai imprimé la même feuille deux fois.

For this graphic research project, I shot photos of all the different ventilator shapes that I could find in the zone, and later I organized the set in a virtual shop gate, showing the variety of existing shapes. For leveling up the colours I’ve printed the same paper sheet twice.

Bastille : Surface

Zapato de niño perdido en la Rue du Faubourg Saint Antoine.

Cada ciudad tiene sus propias texturas, sus propias superficies. Hay ciudades que son lisas y brillantes, como recién hechas, otras se presentan más bien rugosas o erosionadas. París combina la antigüedad de la piedra y el metal de las fachadas con la modernidad de estructuras más recientes que los cubren parcialmente o que ocupan zonas  intersticiales o internas: instalaciones eléctricas, ventanas, puertas, mobiliario urbano, soportes publicitarios, etc. Al mismo tiempo, la superficie vertical situada a la altura de los ojos es la que define la parte del paisaje urbano más próxima al ciudadano y es por ello que también define la imagen mental de la ciudad.

Chaque ville a ses propres textures, ses propres surfaces. Il y a des villes qui sont lisses et brillantes, comme si elles étaient faites hier, des autres ont l’air rugueux ou érodé. Paris combine l’antiquité de la pierre et le métal de ses façades avec la modernité d’autres structures plus récentes qui les couvrent en partie ou qui occupent ses espaces intérieurs : des installations électriques, des fenêtres, des portes, du mobilier urbain, etc. En même temps, la surface verticale à la hauteur des yeux est la partie du paysage urbain la plus proche du citoyen et ainsi elle fait partie aussi de l’image mentale de la ville.

Each city has its own textures, its own surfaces. There’s cities that are smooth and shiny, as they were just made, others look rather rough or eroded. Paris matches the age of its stone and metal facades with the modernity of more recent structures that cover them or occupy internal spaces: electric installations, windows, doors, street furniture and fixes, etc. At the same time, the vertical surface at eye’s height defines the part of the urban landscape that is closer to the citizen, and so it also constitutes the mental image of the city.

Estudios de superficie

Basándome en los motivos y contrastes (gráficos, cronológicos) que resultan de esta superficie, he creado nueve combinaciones de texturas y colores. Entre ellas encontramos de forma recurrente el motivo de la reja (de puerta, algunas bastante ornamentadas, o de tienda, simples y modulares), la textura (piedra, madera, metal) y finalmente los carteles publicitarios y el graffiti, que vienen a añadirse sobre todo lo anterior. Estas nueve variaciones también pueden declinarse de forma cromática o recombinarse entre sí.

En me basant sur les motifs et les contrastes (graphiques, chronologiques) qui se dégagent de cette surface, j’ai créé neuf combinaisons de textures et de couleurs. Parmi elles on retrouve de manière récurrente le motif de la grille (de porte, donc certaines assez ornementées, ou de magasin, simples et modulaires), la texture (pierre, bois, métal) et finalement les affiches publicitaires et le graffiti qui viennent s’ajouter sur tout l’antérieur. Ces neuf variations peuvent aussi être déclinées de forme chromatique ou être recombinées entre elles.

Based on the patterns and contrasts (graphical, chronological) that result from this surface, I have created nine combinations of colours and textures. Among them we find repeating patterns such as grids (door grids, some of them rather ornamented, or shop grids, simple and modular), textures (stone, wood, metal) and finally advertisement posters and graffiti, that add on top of everything else. These new variations can also be modified in terms of colour, or can be recombined.

Êtes-vous communautaristes ?

Quelques réflexions sur la rhétorique « anti-communautaire »

par Louis-Georges Tin, Mai 2005

Vous êtes communautariste ! C’est ce qu’on oppose souvent aux Noirs lorsqu’ils essaient de se mobiliser. Mais cet argument a été très souvent utilisé contre les mouvements homosexuels, ce que Philippe Mangeot a admirablement analysé dans un article récent [1]. Il a été employé aussi contre les mouvements féministes, contre les Arabes, les Juifs, etc. De sorte qu’il faut envisager la logique générale à laquelle il se réfère. Êtes-vous communautaristes ? Sommes-nous communautaristes ?

Qu’est-ce donc que le communautarisme ? C’est le contraire de l’universalisme. Mais qu’est-ce alors que l’universalisme ? Avant de le définir, il convient de constater que ce concept a une histoire. Il émerge dans un contexte très particulier, comme le rappelle Eric Fassin , dont je rejoins ici les excellentes analyses. Il faut s’en souvenir, le mot apparaît dans le débat public à un moment très particulier : en 1989, pour être plus précis. Que se passe-t-il à cette date ? Trois événements marquants.

Petite histoire de la rhétorique anti-communautaire

1989, c’est d’abord le bicentenaire de la Révolution française. Les cérémonies donnent à la France l’occasion, et la grâce, d’un sursaut national. L’éloge de la patrie et du modèle républicain rassemble dans un même accord la droite et la gauche, qui célèbrent le modèle historique, même si des désaccords subsistent sur les leçons politiques à tirer de l’Histoire.

Mais 1989, c’est aussi la première affaire du « foulard islamique ». Le modèle français que l’on célèbre avec tant d’enthousiasme se voit contesté par la religion musulmane qui menace, dit-on, la République. En ces temps d’unanimisme républicain, le foulard devient l’Affaire par excellence. Dès lors, le modèle français s’effarouche de l’islamisme, de ce modèle terrifiant, de l’Orient lointain qui semble se rapprocher. Le seul rempart, c’est le modèle républicain français, qu’il faut plus que jamais consolider et réaffirmer.

Enfin, 1989, c’est aussi la chute du mur de Berlin. Jusqu’alors, la droite française soutenait volontiers l’Amérique libérale, pour mieux s’opposer au modèle communiste de l’Union Soviétique. En 1989, comble de bonheur, le mur de Berlin s’écroule et montre au monde abasourdi le triomphe du modèle libéral. Mais comble de malheur, la droite française perd alors son meilleur ennemi, c’est-à-dire au fond sa raison d’être. Cependant, assez rapidement, elle change de paradigme. L’Amérique qu’elle célébrait autrefois pour ses vertus libérales devient désormais l’exemple même à ne pas suivre, une juxtaposition de « communautarismes » divers, le monde du « politiquement correct », de la « discrimination positive » et des « quotas » (tous ces débats surgissent également à cette date), tout à fait à l’opposé de la France que l’on dit désormais « universaliste ». Dans le monde bipolaire d’autrefois, la France avait du mal à faire entendre sa voix ; l’URSS défunte, la France peut désormais se présenter comme l’autre modèle, LE modèle alternatif. Cette position a le mérite remarquable d’unir à la fois la droite, pour des raisons nationalistes, et la gauche, traditionnellement hostile au modèle américain, pour des raisons économiques.

Ces trois circonstances distinctes n’ont a priori rien à voir entre elles, mais elles cristallisent ensemble et forment dans le débat public une sédimentation accélérée, qui donne à la contingence historique l’apparence d’une évidence naturelle, laquelle se fonde précisément sur la méconnaissance des conditions historiques de sa propre réalisation. Aujourd’hui, il apparaît évident, à droite comme à gauche, que la France est ou doit être universaliste, que les Etats-Unis sont minés par le communautarisme, que l’islamisme, la ghettoïsation homosexuelle et le « politiquement correct », s’opposent au modèle républicain. Bien sûr, tous ces ingrédients n’ont rien à voir entre eux, si ce n’est la logique de l’amalgame et du fantasme politique. Quoi qu’il en soit, il faut se mobiliser contre le péril des périls. Mais la construction historique, symbolique et même fantasmatique de ce péril demeure dans l’obscurité, et rares sont ceux qui ont noté les trois détails significatifs suivants.

Déconstruire la rhétorique anti-communautaire

Premièrement, le mot même de communautarisme qui décrit si bien les Etats-Unis, apparemment, est inconnu là-bas. Le paradoxe peut s’expliquer. On peut imaginer que c’est l’effet même de leur extraordinaire cécité. Ils sont si divisés qu’ils ne s’en rendent même plus compte, chaque communauté vivant dans l’ignorance de l’autre. En tout cas, il faut noter que le mot n’est guère employé, sinon par quelques milieux ultra-conservateurs, qui l’utilisent pour contester les politiques de réduction des inégalités sociales. Mais n’est-il pas étrange que la gauche française reprenne sans sourciller les arguments de l’extrême droite américaine ?

Deuxième détail à relever. Malgré la vigilance de tous ceux qui sont hostiles aux communautarismes, et ils sont nombreux, trois communautés fondamentales échappent à leur critique : celles qui sont liées au travail, à la famille et à la patrie . Cette « triade » rappelle des souvenirs… Le monde du travail suscite des communautés tout à fait légitimes, que je ne critique nullement, qu’il s’agisse des syndicats, des corporations, des comités d’entreprises, ou simplement des soirées entre collègues, qui sont souvent le lieu où se forment les réseaux d’alliance amicale ou conjugale. La famille est elle aussi une communauté, elle est même la première dans la carrière de l’individu et du citoyen, et elle est aussi extrêmement déterminante dans l’acquisition du capital social, économique et culturel des agents sociaux quels qu’ils soient. La patrie enfin, elle aussi forme bien ce qu’il est convenu d’appeler une communauté nationale, et il est évident qu’elle contribue largement à la détermination des destinées individuelles. Bref, voilà trois communautés plus que déterminantes, qu’on ne critique jamais. Je ne dis pas qu’il le faudrait. Mais je remarque que toutes les critiques portées contre les communautés en général pourraient s’appliquer tout autant, sinon plus, à ces trois-là. Or, ces communautés évidentes demeurent étrangement invisibles. Le paradoxe s’éclaire si l’on considère qu’elles sont en fait le point de vue, et donc le point aveugle de toute vision, et notamment de toute vision anti-communautaire. Bref, la rhétorique anti-communautaire n’est pas contre les communautés, elle est contre certaines communautés.

Troisième détail. Si l’argument du communautarisme doit être saisi dans son histoire, c’est-à-dire dans le temps, il faut aussi le saisir dans l’espace, c’est-à-dire à la fois dans l’espace géographique, et dans l’espace social. En effet, la prétention à l’universalisme n’est pas universelle. En Angleterre, en Espagne, en Allemagne, en Chine, au Congo ou au Mexique, on ne se pique pas d’être universaliste, le mot n’ayant pas de pertinence particulière dans le débat social de ces pays. Il faut remarquer que la prétention à l’universalisme est en fait une spécificité française. Encore tous les Français ne se soucient-ils pas d’universalisme. En effet, plus on descend dans la hiérarchie sociale, plus la propension à se réclamer de l’universalisme diminue. Bref, l’universalisme n’est même pas une spécificité française, c’est une spécificité des élites françaises.

Ainsi, par un paradoxe qui n’est qu’apparent, l’universalisme est donc un fait de discours typiquement franco-français, et qui n’est le fait que d’une minorité, si élevée soit-elle ; est-ce à dire que la majorité serait particulariste ? Pourquoi le bas peuple n’est-il pas plus sensible à cet universalisme exaltant dont les élites se font les chantres inspirés ? Les provinces sont-elles vouées au provincialisme, les régions au régionalisme, les femmes au féminisme, le Tiers-Monde au tiers-mondisme, et les communautés noires, arabes, juives et homosexuelles au communautarisme, et les gens différents au différentialisme en général ? L’oubli de l’universel serait-il donc lui-même universel ? C’est que, peut-être, l’universel des universalistes n’est pas vraiment l’intérêt général.

Au fond, il faut revenir à la question de départ : qu’est-ce donc que l’universalisme ? J’ignore ce qu’il devrait être en théorie, mais dans la pratique, c’est en fait le travail très particulier par lequel un groupe social dominant tend à constituer son ethos en éthique. Les positions les plus élevées, donc les plus minoritaires a priori, ont d’autant plus besoin de s’universaliser pour justifier les prétentions universelles qui fondent leur domination symbolique, pour reprendre la terminologie de Pierre Bourdieu. L’universalisme est dans le débat public l’illusion de perspective que produisent (et que subissent) ceux qui, étant placés au centre du dispositif social de facto, prétendent de jure demeurer au centre de ce dispositif, objectivement ajusté à leurs dispositions.

Ainsi, l’universalisme n’est en général qu’un particularisme parmi d’autres, qui prétend s’imposer aux autres au nom d’une valeur supérieure, Dieu, la Nature, la Raison, l’Etat, l’Ordre Moral, ou l’Ordre symbolique (remarquez bien « l’adoration des majuscules », qu’analyse avec humour Sabine Prokhoris ) etc., n’importe quoi, à la limite, et même la langue française (bien que toute langue repose évidemment sur l’arbitraire su signe), pouvant devenir pour l’occasion une valeur universaliste, à condition de réussir le travail de légitimation de sa propre production sociale. Ce n’est pas un hasard si le premier véritable universalisme de l’Histoire est celui de l’Eglise catholique (catholicos signifie justement « universel » en grec). Et après tout, le capitalisme lui aussi est une forme d’universalisme, c’est le rêve d’un marché libre et ouvert, à l’échelle de la planète. Pour autant, est-on obligé d’être favorable à l’Eglise universelle ou au capitalisme universel ?

En réalité, un bon grammairien vous dirait que l’universalisme est d’abord une figure de style : une hyperbole. En effet, rien n’est universel, mais en exagérant un peu, on peut évidemment se réclamer de l’universel. Or, en réalité, l’universalisme est une coquille vide. On peut y mettre tout et n’importe quoi. On peut y mettre la justice, la liberté, le capitalisme, le christianisme, etc. Et à vrai dire, sans vouloir faire d’amalgame, il n’est pas de totalitarisme qui ne se réclame également de l’universel.

Bref, l’universalisme n’est pas forcément un gage de démocratie politique. Je veux bien recevoir votre universalisme, à condition que vous me disiez précisément ce que vous y mettez. Comme nous disons chez nous aux Antilles, « Moun Pa ka achté chat en sac ». Il ne faut pas acheter de chat en sac, c’est-à-dire qu’il faut regarder ce qu’il y a dans le sac avant de l’acheter…

Est-ce à dire que je sois un communautariste obstiné, s’opposant totalement aux universalistes ? Je crois plutôt qu’il faut résister aux alternatives toutes faites. Je ne suis ni l’un ni l’autre, et tous les deux à la fois, comme disait Rabelais. Je refuse pour ma part de me laisser piéger. En effet, dans le débat français, il n’y a pas débat. On est forcé de se dire universaliste. Car personne n’est communautariste : le communautariste, c’est toujours l’autre. On est donc prisonnier d’une fausse alternative idéologique dont les effets sociaux contribuent objectivement à disqualifier par avance toute politique visant à réduire les inégalités sociales, qu’elles soient fondées sur l’origine ethnique, le sexe, l’orientation sexuelle, etc.

Au fond, si l’on y réfléchit bien, toute politique sociale peut être « accusée » d’être communautariste. Et pour ce qui est des Noirs, s’ils constituent des associations pour lutter contre les discriminations, on les accuse de « communautarisme ». Mais s’ils ne font rien, on les accuse d’« immobilisme », pour les rendre responsables de leur situation, étant donné leur indolence proverbiale. Bref, qu’ils fassent quelque chose ou qu’ils ne fassent rien, ils ont toujours tort. On voit bien là la logique du double bind, c’est-à-dire la logique illogique des injonctions contradictoires. Pour ma part, si l’on m’« accuse » d’être communautariste (ce qui ne m’arrive pas si souvent, bien que je sois noir, homosexuel et féministe radical), au lieu de m’excuser de ce que je suis, et que j’assume, j’essaie plutôt de déconstruire l’argumentation adverse, comme je viens de le faire. Si je n’arrive pas à convaincre (ce qui peut toujours arriver), j’ignore les objections : je continue mon petit bonhomme de chemin…

P.-S.

Louis-Georges Tin est chercheur associé à l’université de Manchester, Membre de Capdiv, et fondateur de la Journée Mondiale de Lutte Contre l’Homophobie. Il a dirigé le Dictionnaire de l’homophobie, publié aux Presses Universitaires de France – que nous recommandons vivement.

Ce texte a été exposé le 19 février 2005 lors du colloque organisé par le CAPDIV à l’EHESS à Paris : “ Les Noirs en France. Anatomie d’un groupe invisible ”

Contact : tin@idahomophobia.org