Robot – Stress

1665blockhaus-robot-stress

[FR] Animation qui montre quelques-unes des capacités de la fonte Blockhaus quant aux variations de contraste des pleins et des déliés et avec des empattements plus ou moins larges en proportion à la largeur des lettres. Travail en cours.

[ES] Animación que muestra algunas de las capacidades del tipo de letra Blockhaus en cuanto a la modulación de los trazos y a la anchura de los remates en proporción al tamaño de la letra. Trabajo en curso.

[EN] Animation showing some of the capabilities of the Blockhaus font regarding the variations of stress / reversed stress and the width of the serifs compared to the size of the letters. Work in progress.

Avant / Antes / Previously: Blockhaus.

Robot

1664blockhaus-robot

[FR] Les lettres du mot « Robot » s’étirent jusqu’à occuper tout le cadre, en conservant l’épaisseur des traits et l’espacement entre les lettres. Travail en cours.

[ES] Las letras de la palabra « Robot » se estiran hasta ocupar todo el espacio, conservando el grosor de las líneas y la distancia entre las letras. Trabajo en curso.

[EN] The letters of the word « Robot » stretch out until they take all the place, while keeping the weight of the strokes and the kerning between the letters. Work in progress.

Avant / Antes / Previously: Blockhaus.

Bae

1663blockhaus-bae

[FR] Modification du contraste et de la hauteur des traverses des lettres suivant une suite géométrique. Travail en cours.

[ES] Modificación del contraste y de la altura de las barras de las letras según una serie geométrica. Trabajo en curso.

[EN] Modification of the contrast and of the height of the bars of the letters following a geometric sequence. Work in progress.

Avant / Antes / Previously: Blockhaus.

Hope

1662blockhaus-hope

[FR] Les lettres du mot « hope » (espoir) s’étirent jusqu’à occuper la totalité du cadre dans lequel elles sont contenues. Travail en cours.

[ES] Las letras de la palabra « hope » (esperanza) se estiran hasta ocupar la totalidad del espacio que las contiene. Trabajo en curso.

[EN] The letters of the word « hope » stretch out until they fill the totality of the frame that contains them. Work in progress.

Avant / Antes / Previously: Blockhaus.

Bounce

1661blockhaus-bounce

[FR] Expérience avec la fonte Blockhaus. Utilisation des capacités paramétriques et adaptatives de la fonte. Animation utilisant la suite de Fibonacci et des astuces d’animation japonaise pour rendre le mouvement plus « organique ». Travail en cours.

[ES] Experimento con el tipo de letra Blockhaus. Utilización de las capacidades paramétricas y adaptativas del tipo de letra. Animación utilizando la serie de Fibonacci y trucos de animación japonesa para hacer que el movimiento sea más « orgánico ». Trabajo en curso.

[EN] Experiment with the Blockhaus font. Use of the parametric and responsive capabilities of the font. Animation following the Fibonacci sequence and employing Japanese animation tricks in order to make the movement more « organic ». Work in progress.

Avant / Antes / Previously: Blockhaus.

Blockhaus

1657blockhaus1658graffitiblock1659blockhaussketch1660blockhaus-rad

[FR] Blockhaus est un projet de fonte adaptative codée sur Processing. Inspirées à partes égales par l’art pixelisé et par le graffiti, les lettres de Blockhaus peuvent s’adapter à n’importe quel taille d’image, avec l’objectif de le couvrir entièrement. Après des nombreuses tentatives, j’ai trouvé une fonction logarithmique qui permet de varier le contraste des lettres en fonction de la largeur du document. Travail en cours.

[ES] Blockhaus es un proyecto de tipo de letra adaptativo, escrita sobre Processing. Inspiradas a partes iguales por el arte pixelizado y por el graffiti, las letras de Blockhaus pueden adaptarse a cualquier tamaño de imagen, para así cubrirlo totalmente. Después de numerosas pruebas, encontré una función logarítmica que permite variar el contraste de las letras en función de la anchura del documento. Trabajo en curso.

[EN] Blockhaus is a responsive typeface project based on Processing. Inspired by pixel art as well as by graffiti, the letters of Blockhaus can adapt to any image size, covering its surface entirely. After many tests, I found a logarithmic function that allows to vary the contrast of the letters according to the width of the document. Work in progress.

Typométrie et Cartes Typo-géographiques

[FR – DE] Quelques extraits de textes sur l’histoire des relations entre la typographie et la cartographie.


1655cartesicileguillaumehaasCarte de la Sicile, composée d’après celle de Jaillot avec des caractères mobiles suivant le nouveau système typométrique de Auguste Gottlieb Preuschen diacre à la cour de Bade / perfectionné et exécuté par Guillaume Haas.
Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque Nationale de France.

HAAS (Guillaume), graveur de caractères, inspecteur général de l’artillerie helvétienne, et directeur de l’école générale d’artillerie, né à Bâle le 23 août 1741, fut l’un des hommes les plus actifs et les plus distingués de son pays par l’étendue de ses connoissances. Pendant 23 ans il fit différens essais pour embellir les caractères d’imprimerie. Il a été le premier en Allemagne et en Suisse qui ait gravé avec succès des caractères français dans le goût de Baskerville. On lui doit aussi plusieurs autres découvertes et améliorations dans l’art typographique, parmi lesquelles on distingue, I. Une nouvelle Presse d’imprimeur établie en 1772, par le moyen de laquelle il y a économie de force, et en même temps économie de temps, parce qu’il ne faut une pression au lieu de deux. Il publia une description de sa presse en allemand et en français, sous le titre de Description d’une nouvelle Presse d’imprimerie, inventée à Bâle en 1772, et publiée à l’avantage de l’art typographique, par Guillaume Haas père ; imprimée chez Guillaume Haas fils en 1790, in-4°, douze pages, avec deux gravures. II. La composition systématique des filets et interlignes, dont il donna une description en 1772, in-4°. III. L’art d’imprimer les cartes typographiques avec des caractères mobiles. M. Pleuschen de Carlsrouhe a donné à cette invention le nom de typométrie, et a publié à Bâle, en 1778, in-4°, l’Histoire de l’origine et des progrès de cet art. IV. Carte du canton de Bâle en 1776 : c’est le premier essai typométrique fait en grand. V. Carte de la Sicile, 1777. VI. Deux Cartes de la France pour le compte rendu au roi par M. Necker. VII. Et plusieurs Cartes, parmi lesquelles on en distingue principalement deux représentant la marche des troupes françaises en Bavière sous le général Moreau, et leur retraite en 1796, en français, d’après deux dessins faits par le général Regnier. […]

Dictionnaire universel, historique, critique et bibliographique. Tome VIII. Louis Mayeul Chaudon, Mame, 1810. Pages 198-199.


Cartes typo-géographiques : L’Académie de Rouen a adressé à la société plusieurs cartes géographiques imprimées par le procédé typographique de M. Periaux, en demandant que ces cartes soient examinées comparativement à celles de M. Poterat (Voyez le rapport sur ces dernière cartes, Bulletin, N°. XLVII).

Au mois de Mars 1806, M. Periaux présenta à l’Académie de Rouen des exemplaires du Recueil des Bulletins de la Grande Armée, auquel il avoit joint un essai typographique de la Carte du théâtre de la guerre. Cette carte qui étoit le premier essai de l’auteur, et pour l’exécution de laquelle il eut à vaincre les difficultés résultant de la forme carrée des caractères, fut admise, avec diverses autres productions de son imprimerie, à l’Exposition des Produits de l’industrie en 1806. Elle est exécutée avec les caractères, cadrats, espaces et filets en usage dans l’imprimerie. Les personnes qui connoissent la forme parallélogramme de ces caractères doivent plus particulièrement apprécier les difficultés de l’exécution. Dans une carte tracée sur une plus grande échelle, on pourroit indiquer les principales rivières et les plus grandes routes ; on pourroit imprimer d’autres signes et les varier au besoin. En effet, les divers signes dont on se sert dans les cartes géographiques étant des signes de convention, on peut dans une carte typo-géographique employer des vignettes de différentes espèces pour indiquer les villes, les bourgs, les villages, les montagnes, les forêts, etc. On ne peut disconvenir qu’en exécutant des cartes géographiques avec des caractères mobiles, on atteindra difficilement à la perfection qui doit exister dans les cartes gravées, sur-tout pour les rivières et leurs sinuosités que l’on peut dessiner facilement sur une planche, tandis que par les procédés typographiques il faut ajuster des filets, les courber et les recourber en tous sens, ce qui ne laisse pas d’avoir des difficultés. Mais en composant ainsi la carte d’un canton, d’un arrondissement communal, d’un département, et dans un espace assez grand, on figurera aisément les principales rivières et les grandes routes, ce que l’on ne pourroit faire dans un cadre proportionnellement trop étroit. Les cartes typo-géographiques seroient, sous certains rapports, préférables à celles gravées, parce que ces dernières s’usent très promptement, tandis que dans une forme composée de caractères mobiles, si une ou plusieurs lettres, un ou plusieurs mots se trouvent endommagés, on peut les remplacer très facilement. Par ce moyen le dixième mille sera aussi bien exécuté que le premier cent : avantage qui n’existe pas, à beaucoup près, dans la gravure.

Encouragé par son premier essai, apercevant d’ailleurs des moyens de perfection, M. Periaux se décida à exécuter la carte du département de la Seine-Inférieure, et à y indiquer la division de ce Département en sous-préfectures, les canton ou justices de paix, les nomes de toutes les communes de de quelques hameaux, les principales routes et rivières, etc. Cette carte, qui se trouve jointe a l’Annuaire statistique du département de la Seine-Inférieure pour 1807, donne la preuve incontestable qu’on peut exécuter avec des caractères mobiles diverses cartes géographiques, et et qu’on peut y indiquer par des lignes de convention tout ce qui est susceptible d’entrer dans leur composition. Ces cartes seront à un prix infiniment au-dessous de celui des cartes ordinaires.

La société charge M. Taillepied de Bondy de faire un rapport sur le mérité comparatif des cartes de M. Periaux et celles de M. Poterat. Nous ferons connoître ce rapport dans un prochain numéro.

Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, septième année, 1808. Pages 232-233.


MM. Firmin Didot fils dirigent maintenant l’imprimerie qui fût créée par leur père , et dont la réputation est depuis long-temps établie. Cet établissement est renommé pour la gravure des caractères imitant l’écriture. MM. Didot s’occupent aussi de l’exécution des cartes géographiques par un procédé typographique. Ces produits, dont les premiers essais parurent en 1819, ont été, depuis, perfectionnés d’une manière sensible.

Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, vingt-quatrième année, 1825. Page 62.


1656cartefrancefirmindidotCarte typo-géographique de France basée sur la carte des Ponts-et-Chaussées, inventée et imprimée par Firmin-Didot, sous la direction de Barbié du Bocage et dessinée par J. Langlois. Sous la carte se trouve l' »Explication du système établi par Firmin Didot ». Cette carte illustre le procédé d’impression en relief, qui nécessite 8 passages en commençant par le bleu, puis le rouge, le marron, le vert foncé et le vert clair, le jaune et finalement par 2 passages de noir. Chaque couleur donne une information d’ordre topographique. Le relief est figuré par une combinaison de hachures et de passages de couleurs. (Description : Béatrice Loeb-Larocque).
Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque Nationale de France.

2. Carte typo-géographique de la France inventée et imprimée par Firmin Didot.
Herr Didot hat seine ausgezeichnete typographische Anstalt jetzt auch auf die Darstellung von Landcharten ausgedehnt, und obwohl hier von keiner Bereicherung der Wissenschaft die Rede seyn kann, so dürfte doch mancher Geographiefreund begierig seyn, zu wissen, in wie fern die Anwendung der Typen bei der Bearbeitung von Landcharten, welche bekanntlich schon vor mehrerer Jahren von Hrn. Haas zu Basel für mehrere Charten versucht werde, jetzt dem Zwecke entsprochen habe. Da wir nun eben ein Exemplar dieser Charten in der obengenannten Charte von Frankreich erhalten haben, so glauben wir unser Lesern einen Gefallen zu erwiesen, wenn wir hier eine kurze Beschreibung der Art der Darstellung einrükken. Auf den geographischen Werth der Charte wollen wir hier nicht weiter eingehen und bemerken nur, daſs sie eine Reduktion der bekannten Chaussee – un Wege – Charte von Frankreich in 6 Blättern und hier auf 1 Blatt in mittlern Landchartenformate gebracht ist. Die eigenthümliche Bearbeitung dieser Charte giebt ihr bei’m ersten Anblicke ein sonderbares Ansehen. Der Druck ist nicht bloſs schwarz, sondern, den Gegenständen nach, in verschiedenen Farben ausgeführt und zwar: blau sind das Meer, die gröſsen Flüsse und Gebirge, so wie die Straſsen der ersten Classe, letztere punktirt, dargestellt, roth die Flüsse zweiter Ordnung und Canäle, so wie auch die Gebirge und Straſsen zweiter Ordnung; braun die Flüsse, Berge und Straſsen dritter Ordnung; dunkelgrün die Gewässer und Berge vierter Ordnung; hellgrün die kleinsten Gewässer und Erhöhungen; gelb das Ausland und die Departements-Gränzen; die stärkeren Linien bezeichnen die Militair-Divisionen. Schwarz sind die Zeichen und Benennungen der Städte, Flecken, Dörfer u. s. w.

Abgerechnet die sehr deutliche und saubere Schrift, scheint uns das Ganze doch auf eine Spielerei hinauszulaufen, die keineswegs eine nur mittelmäſsig gestochene Charte repräsentieren wird. Die Konturen der Künsten sind nicht bestimmt genug, und die Darstellung der Gebirge, wie sich auch nicht anders erwarten läſst, undeutlich und keinesweges das Auge ansprechend. Die vielen Farben scheinen uns weder nöthig, noch zweckmäſsig zu seyn, da sich dieſs alles auch mit der bloſsen schwarzen Farbe leisten lieſse; wollte der Verfasser ja hierin etwas thun, so wäre die durchgängig blau gehaltene Darstellung der Gewässer, durchgängig braun gehaltene der Gebirge, rothe oder gelbe der Gränzen hinreichend, ja besser gewesen, da man dann z. B. weit leichter eine ganze Übersicht des hydrographischen, orographischen oder Begränzungs-Systems eine Landes erhalten würde, als bei diesem so ineinander greifenden und nicht genugsam unterschiedenen Farbenweschel. — Der Preis von 1 Franc und 50 centimes (wie wir den auf der Charte etwas undeutlich geschriebenen Preis gelesen haben) dürfte auch nicht billig genug seyn, um den Absatz dieses neuen geographischen Sonderlings sehr zu befördern. — Dieſs wäre mit wenig Worten unser Urtheil, welches wir jedoch Niemand aufdringen wollen.

Neue allgemeine geographische und statistische Ephemeriden / hrsg. vom Geographischen Institut. – Weimar : Verl. d. Industrie-Comptoirs, 11.1822 – 31.1831,  Zweites Stück 1824, Charten-Recensionen (sic). Pages 216 – 217.


Plus d’information sur la typométrie (en allemand).

NOTE : La grammaire et l’orthographe de ces extraits a été conservée. Veuillez excuser et signaler toute erreur commise dans la transcription des textes.